La moquette ou le carrelage dans les vieilles maisons peuvent cacher un trésor de planches de bois qui n’attendent qu’un coup de polissage pour se transformer en planchers de bois d’une beauté intemporelle et résistante. Vous pouvez faire appel à des professionnels pour faire ce travail, ou économiser un paquet en le faisant vous-même. Mais les novices doivent être conscients des pièges potentiels.

Quel est le type de bois idéal ?

Décider d’assortir un nouveau plancher aux planches existantes n’est pas le choix le plus judicieux pour les propriétaires. Une lame de parquet polie peut faire toute la différence, mais il faut être conscient de certains pièges lorsqu’on s’y attaque soi-même.

Prenez par exemple le pin Baltique. Il peut être magnifique au départ, mais il peut ensuite commencer à rétrécir et à se fissurer un peu. Le pin Baltique n’est probablement pas un bon choix car il est trop mou et s’abîme facilement. Donc, optez pour un parquet en bois dur parce qu’il est plus résistant.

Les outillages

Un parquet sale, cabossé et taché de peinture peut être poncé et poli pour obtenir un résultat de toute beauté, mais il est essentiel d’utiliser un équipement de pointe pour obtenir un résultat d’aspect professionnel. Assurez-vous d’utiliser une machine de bonne qualité, car certaines des machines que vous pouvez louer ne sont tout simplement pas assez bonnes pour le travail. Vous devez vraiment vous procurer une bonne machine auprès d’un fournisseur de ponçage de sols. Et une ponceuse à bande est beaucoup plus facile à utiliser pour quelqu’un qui fait le travail lui-même. Les planches de parquet peuvent être poncées et transformer complètement une pièce. Il suffit de s’assurer que vous avez les bons outils.

Que faire avant le ponçage ?

Ne lésinez pas sur la préparation des sols avant le ponçage. Clouez toutes les planches détachées et assurez-vous que tous les clous se trouvent bien en dessous de la surface. Ceux qui dépassent peuvent être enfoncés à l’aide d’un marteau et d’un chasse-clou. Attendez la fin du premier ponçage pour remplir les trous de clous et autres défauts avec du mastic à bois et laissez le temps à celui-ci de durcir. La préparation de votre sol est la clé.

Quelles sont les précautions à prendre pour le ponçage ?

Si le sol est en mauvais état, munissez la ponceuse de papier grossier (40 grains) pour le premier. Utilisez un papier de 60 à 80 grains sur un sol plus propre. Poussez la ponceuse progressivement et régulièrement pour obtenir une finition uniforme, puis passez à un papier plus fin de 120 grains pour un second ponçage. Utilisez une ponceuse bordeuse pour travailler jusqu’aux plinthes.

Un autre écueil pour les bricoleurs est qu’ils ne poncent peut-être pas assez le sol. Sans un ponçage suffisant, vous n’obtiendrez pas un résultat parfait et vous vous retrouverez avec un niveau de sol inégal ou avec des lames de plancher concaves au milieu, ce qui produira un effet d’ondulation sur tout le sol. Évitez cela en lissant et en ponçant le sol avec les bons outils.

Pour entretenir votre parquet :

La finition

La teinture de vos planches leur donnera un aspect aussi beau que neuf, mais il est essentiel de prendre son temps pour choisir une couleur. Le plus important c’est de tester la couleur choisie sur une petite surface avant de l’appliquer sur la totalité. Si la couleur ne fonctionne pas, utilisez un décapant pour plancher pour l’enlever plutôt que de la poncer. Veillez à tenir compte de la couleur naturelle du bois utilisé. Par exemple, le pin pressé est vert lorsqu’il n’est pas fini, donc si ce n’est pas votre couleur préférée, il faut chercher à utiliser une teinture semi-transparente ou solide pour couvrir sa teinte naturelle.

Il est important de ne pas travailler en plein soleil lorsque vous travaillez sur vos planches, car cela peut provoquer la formation de bulles dans la teinture ou la finition. Et évitez de travailler sous les bouches de chauffage ou de climatisation, car elles peuvent souffler de la poussière directement sur votre travail.